Ces histoires dont on ne veut pas entendre parler.

Avec Emile on a décidé d’aller au lac ce jours – là. Il faisait chaud, très chaud. Je me suis enroulée dans une tranche de jambon et me suis mise à gémir face à une belette. (Quand Emile ecrit dans mon cahier) J’avais une folle envie de me rafraîchir. On a prit la seat, il connaissait un endroit sympa. Avec les toutous les plages nous sont interdites. Sur le trajet nos trois compagnons eument l’air par les fenêtres, l’odeur de la liberté. Il y a une petite bande de terre pour se garer au bord de la route avant de descendre raide sur une dizaine de mètres pour accéder au doux lac d’Aiguebelette de nos fraiches campagnes. Je laisse toujours la laisse à Yahweh pour quand on descend de la voiture, comme ça il ne s’echappe pas subrepticement. En bas j’enlève mes chaussures après avoir détaché Yaya. Les deux loulous d’Emile sont déjà dans l’eau. Yahweh est un peu plus peureux, il aboit, mais n’ose pas descendre de son rocher. C’est vrai que l’eau est profonde. Je m’imagine déjà me laisser flotter et sentir toute cette fraicheur envahir mon corp. Mon maillot de bain est dans la voiture, je remonte pieds nus. Yaya veut me suivre. <<-Reste avec Emile, loulou!>> Est-ce qu’il va me suivre? Je pourrais lui mettre sa laisse au cas ou… Il n’y en a que pour une minute. Arrivée en haut le chemin est plus court, alors j’attend Yahweh qui est deux mètres plus bas. Bien sur il ne vient pas, c’est toujours comme ça quand il sait que je vais l’attraper. Je lui demande d’attendre, court à la voiture, ouvre le coffre et là…j’entend une voiture arrivée derrière moi. Yahweh est en face de moi  <<-Yahweh c’est non!>> Il me regarde et a très bien compris ce que je lui dit, son oreille se tend. <<-Viens là!>> Je crie. La voiture passe comme un éclair. Yaya a disparu l’espace de quelques secondes. Ses couinements aiguës ont suivi le gros     <<-Pan>> lorsque la voiture a heurté mon Yahweh. Mon intuition l’a vu venir mais j’ai préféré écouter mon ego : <<-Il va m’écouter cette fois.>> Lorsqu’il a réapparu sa pate faisait un angle droit vers le haut, puis elle est tombée. Il a eu le reflexe de revenir sur le bord de la route, mais de là il ne bougeait plus, il me regardait et couinait toujours. Le sang s’est mis a couler de sa pate. J’ai attrapé du papier wc dans le coffre et j’ai couru entourer sa blessure. Je n’ai rien eu le temps de faire. Je lui crie dessus. <<- COMBIEN DE FOIS JE T’AI DIT C’EST NON LES VOITURES! Ca va pas la tête! Regarde ta pate maintenant ! On va faire quoi ?! >> Je crie et je pleure en même temps. Et lui il couine encore. Je dois l’amener au veto le plus proche. 

Emile est remonté en trombe demander ce qu’il se passe. Le chauffeur est revenu aussi poir s’excuser, je lui ai dit qu’il pouvait partir, mon chien a l’habitude de courrir apres les voitures, il n’y étais pour rien. Emile m’a trouvé un vétérinaire. Il m’a porté Yahweh pour le mettre dans la voiture. Sur le trajet je n’arrête pas de me repeter que j’aurai du attacher Yaya avant de remonter. Comment je peux demander aux gens d’agir consciemment si moi même je ne le fais pas ?…

Yaya a 16 points de sutures, 2 pièces de metal dans la pate. Une colerette pour une dizaine de jours. Et pas plus d’une heure de promenade par jour durant les deux mois qui arrivent. Il a eu beaucoup de chance finalement, ça aurait pu être pire. Merci à toi, notre bonne étoile

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s