Vagabondages

Completement dejantee, elle se laisse couler sous les douces vagues salees. La braise bleue de l’ocean l’empeche de s’evanouir, comme ensorcelee, a demi meditative. Quelques bulles s’echappent de ses narines. Ses epaules s’affaissent dans les meandres de l’eau tandis que le bout de ses doigts tentent de toucher les reflets lumineux qui scintillent a la surface. Les algues lui chatouillent le dos. De tout petits poissons lui effleurent le bout du ventre et des orteils. Elle ne pense plus qu’a rester immobile afin de garder assez d’energie pour evacuer un peu d’air de temps a autres. Un vombrissement retenti, suivi d’une trainee noire vers le ciel. Les scintillements jaunatres se meurent, et la profondeur avec. La nouvelle maison a comme perdu son toit. La jeune aventuriere sent une effroyable pression au niveau de ses tempes. Elle ouvre violement la bouche, l’eau ne fait qu’une bouchee d’elle. Agitee, elle se cogne a quelque chose de solide et son intuition lui donne l’elan de remonter a la surface. Les yeux clos, elle percoit deja la nuit noire.

Echouant sur la plage, le sable humide lui colle a la peau. Tout est sombre autour d’elle. Les vagues sifflent et le vent cahute. Tournant la tete pour appercevoir une signe de vie, elle s’abandonne. Ouvrir les yeux n’est plus indispensable. Elle s’eloigne en tatonnant le sol, balaye le sable de ses mains et s’allonge tranquillement. La brise est fraiche alors elle tire le sable vers elle et se recouvre d’un nid douillet. Les yeux toujours fermes, elle passe sa langue sur ses levres salees. La mer est toujours la, elle l’entend vivre. Aucun mouvement ne vient deranger ses paupieres, c’est pourquoi elle bascule tres vite dans les bras de Morphee.

Publicités