Tamil nadu, Tiruvanamalai II.

14 janvier :

Nous avons du nous réveiller tôt pour faire notre marche dans la matinée. Le principe est de faire le tour de la montagne. Patrick nous explique qu’il s’agit d’un véritable pèlerinage ou l’on s’arrête dans tous les temples et ou l’ont finit le front plein de poudre. Il s’agissait d’un parcours a faire en silence, afin de se plonger a l’intérieur de soi. La derniere idée m’a plu mais mes compagnons parlaient beaucoup. J’ai donc gardé un peu mes distances avec eux. J’avais comme l’impression qu’un temple allait m’appeler. Ne trouvant pas la route pour faire le tour, nous avons fait demi-tour. Léo et Patrick ont donné a manger aux singes.

IMG_4871

Sur le retour je suis pieds nus, un indien me demande pourquoi je ne porte pas les chaussures que je tiens a la main. Il y a beaucoup de saddhus sur le trottoir, la plupart sont en train de dormir. Un indien me demande a boire, je lui offre une de mes deux bouteilles de jus de mangue. Il est difficile de savoir si tu dois t’arreter ou non lorsqu,un indien t’aborde. Tu ne sais jamais ce qu’il va vouloir. Cela n’empêche que cette marche m’a fait beaucoup de bien. Il est agréable de recevoir tant de sourires en échange des siens, bien plus finalement qu’en france.

Une petite canne a sucre, et un repos de quelques minutes a l’hôtel, et nous voilà reparti!

Nous avons passé l’après-midi dans l’ashram de Ramana ce jour là. J’ai passé un moment très reposant. La pièce principale est très sereine. Il y avait beaucoup de monde mais lorsque je me concentre sur mon souffle plus rien n’a d’importance. Adossé au mur entre d’autres femmes et en face des hommes, je ferme les yeux. Je récité « au » en inspirant et « mm » en expirant. L’expiration vibre dans mon crâne et créer une mini boite de résonance. Les mantras récités me bercent. Je pourrai rester ici pendant des heures. Soucieuse de savoir ou se trouvent mes amis, je sors. Leurs chaussures sont toujours là. Je décidé donc de l’installer dans la cour, ou les singes s’amusent. Un indien vient me demander d’où je viens, depuis combien de temps je suis interressé par la spiritualité… Je suis retournée dans l’ashram un moment avant de rejoindre mes amis a l’hôtel.

Je me sens très légère. Est-ce le simple le fait de passer du temps a « s’écouter respirer » ? Ou le rapprochement de plusieurs bonnes intentions ? Peut être le pouvoir de cette terre spirituelle ?

Léo a trouvé un mosquito net ce jour là, et notre petit bricoleur nous l’a installé, nous voilà totalement près pour notre voyage !

IMG_4878

Publicités

Tamil nadu, Tiruvanamalai I.

13 janvier :

Réveille tôt ce matin la, pour prendre le taxi qui nous amené a Tiruvanamalai. Le trajet est long (4h en comptant la pause), je penserais mettre mon soutien gorge sur le prochain long trajet. Entre mahabalapuram (appelé aujourd’hui mamallapuram) et Tiruvanamalai le paysage est agréable. Nous sommes passés par de petits villages ou la plupart des maisons ont des toits de palmiers séchés. Non loin de notre trajet des petits monts se dressent formés par des milliers de petits rochers. En nous enfonçant dans les terres la chaleur devient plus lourde.

Nous arrivons a dégoter une chambre pour 700roupies les deux nuits. Dans la chambre Léo me demande (en se brossant les dents) si le pouvoir de l’amour peut vaincre l’amour du pouvoir. Nous sommes allés manger dans un restaurant tibétain, ou j’ai pu gouter les momos !

IMG_4843

Puis nous avons été voir l’ashram de Ramana. Léo, Patrick, Catherine et Marie-Lou se sont installés a l’intérieur, moi je ne me sentais pas a ma place.Les singes jouaient dans la court. Il y avait un paon aussi. Par l’arrière nous avons pu remonter par un chemin en pierre qui surplombe la ville et donne une très belle vue du tremple que nous avons été voir ensuite.

IMG_4852

En redescendant, une femme assise avec un bâton d’au moins 2m de long dans la main, me propose de me vendre des bananes pour donner aux singes. Elle me dit de les mettre dans sac, sur le coup je n’ai pas compris… C’est a cet instant qu’un singe m’a sauté dessus pour m’en voler une! Un peu réticente j’en lance une a distance. Patrick en coupe un morceau et le donne directement a l’animal. Je fais donc la même chose. Les plus gross singes effraient les plus jeunes. Ils n’ont pas l’air d’éprouver de reconnaissance. Finalement, ils sont peut être plus intelligents que nous!

IMG_4863

Avant d’entrer dans le temple nous buvons un chai, les regards se tournent vers moi lorsque je me roule une cigarette. Nous déposons nos chaussures a l’entrée. Le temple est vraiment grand. De bonnes choses semblent l’atteindre. Nous apercevons 2-3 saddhus. Patrick nous fait signe de le suivre dans une pièce. Ici les indiens font la queue pour recevoir le panji. Un homme nous attend au bout avec sa poudre blanche sur un plateau. Les indiens se tournent vers l’hôtel avec un air solennel, les mains jointent. Puis ils ouvrents leurs mains pour recevoir la poudre. Ils peuvent ensuite s’en étaler sur le front, le reste fini sur les statues murales. Dans la partie centrale du temple, nous faisons la queue au moins vingts minutes, les indiens se bousculent devant le brahmane. Ils doivent être sincèrement dévoués. Après une deuxieme trace blanche sur mon front, deux hommes m’interpellent « Where do you come from? » me disent-ils. Il me demande de l’incliner devant le divinité qui se trouve derrière eux et de donner de l’argent, pour la poudre rouge et le petit sachet. Je l’exécute pour ne pas paraitre impolie. Je me sens sereine et en même temps me demande si ma place est ici. Patrick nous fait toucher des pierres et tourner autour des hôtels. Il est dans son élément.